Accueil du site > Actualité > Réforme des rythmes scolaires : compte rendu de la réunion du 29 novembre (...)

Réforme des rythmes scolaires : compte rendu de la réunion du 29 novembre 2013 salle Graizerly

Réunion de parents et d’enseignants

samedi 14 décembre 2013, par Gargou

Réunion de parents et enseignants

Etaient présents des parents et enseignants des écoles : Maternelles : Champrond, Fontaine Ecu, Fontaine Argent, Kergomard, Picardie Primaires : Arènes, Granvelle, Dannemarie-sur-Crète, ĩle de France, Rivotte, Helvétie.

Mécontentement général quant à la proposition de la mairie à propos

1. de la méthode expéditive de la mairie (pas de consultation véritable des parents et enseignants, juste un questionnaire biaisé et une consultation sur les formes prévues pour la début d’année sans remise en question des horaires proposés, sans aménagements possibles en fonction des voeux des écoles exprimés en conseil d’école)

2. des horaires proposés (horaires du matin inutilement tardifs, pause méridienne trop longue, TAP trop courts pour permettre un activité intéressante)

3. de la formation des intervenants pour les TAP (tps d’activités péri-éducatives), de leur rémunération, de leur recrutement

4. de l’indifférenciation de la proposition de la mairie entre maternelle et élémentaire

Expériences

Planoise : les 16 écoles de Planoise se sont retrouvées pour parler de la proposition de la mairie. Au regard des vives inquiétudes des parents et des enseignants décidés à porter un projet ambitieux pour les écoles du quartier, ils ont fait savoir à la mairie lors d’une rencontre très récente que la discussion devait être réouverte sur 4 points essentiels :
- la possibilité d’une augmentation du temps scolaire en matinée
- le raccourcissement de la pause méridienne
- libérer deux après-midis par semaine pour permettre des activités péri-éducatives ambitieuses
- la nécessaire différenciation entre maternelle et élémentaire Cette initiative a été soutenue par les écoles Jules Ferry et La Grette.

Dannemarie-sur-Crète : l’école est passée aux 4 jours et demi depuis Septembre.

Le constat :

Les TAP se font pendant la pause méridienne (11h30- 12h50 : cantine et 12h50-13h50 TAP), les enfants sont épuisés, n’ayant de pause qu’à la récré du matin et à celle de l’après-midi, ils sont incapables de travailler l’après-midi (14h - 16h30), il estime que l’école a perdu 10 heures d’enseignement par semaine et que l’ambiance est tendue l’après-midi. La matinée supplémentaire se fait le samedi matin (2 h pour tous et 1 heure de "soutien"), les enfants et les parents sont perdus. Il devient également difficile de recruter des AVS ou EVS avec des emplois du temps décousus. L’école souhaite donc revoir l’organisation pour l’an prochain et se tourne vers les propositions présentées par Claire Leconte, chronobiologiste, à savoir 4 heures chaque matin, 2 après-midis de TAP et 2 après-midis d’école. L’école ne souhaite pas de pause méridienne de plus de 1 heure 30.

Remarques

Rappeler que la vraie question est celle de la réussite des élèves. Rappeler que l’intérêt des enfants doit primer sur celui des adultes (sur des questions pratiques de vie quotidienne). Il n’y a pas de vrai consensus mais, parmi les personnes présentes, nombreux sont celles qui pensent que, conformément aux conclusions des chronobiologistes, le matin est plus propice aux apprentissages mais le choix du matin (mercredi ou samedi) ne fait pas consensus et mériterait d’être rediscuté dans la mesure où la consultation de l’an dernier s’est faite à travers un questionnaire biaisé et que peu de réponses sont parvenues à la mairie. (Voir communiqué Mairie Besançon daté du 4 juillet 2013)

Propositions

Les propositions alternatives qui commencent à émerger (notamment par Claire Leconte) promeuvent un aménagement sur 7 demi-journées dont 5 matinées de 4 heures, temps plus propice aux apprentissages. (www.claireleconte.com/) Cet aménagement permettrait d’avoir deux demi-journées consacrées aux TAP et donc d’y mener des activités ambitieuses avec des personnes qualifiées qui trouveraient là un véritable métier. Le fait de faire tourner ces équipes d’animateurs sur les différentes écoles en fonction des après-midis consacrées aux TAP permettrait un recrutement plus limité et plus durable de personnels formés alors qu’avec la réforme de la mairie, les besoins sont estimés à 500 animateurs dont on ignore le niveau de qualification requis et il semble impossible de trouver dans un délai si court un si grand nombre de personnes ayant au moins le BAFA (ce qui serait un minimum) sachant qu’actuellement seulement 20% des intervenants actuels ont le BAFA.

Cette proposition ou d’autres en fonction du souhait des écoles, ne peut se faire dans le cadre du décret actuel qui exige que le temps scolaire soit étalé sur 9 demi-journées de 3 h 30 maximum.

Donc il faut réclamer un aménagement du décret, un assouplissement de la loi pour que ces expérimentations puissent se faire. Des propositions sont faites dans ce sens dans tout le pays. La mairie devra faire remonter ces revendications.

Il faut donc rendre visible notre mécontentement quant à ce décret et à la proposition de la mairie qui en découle. Jusqu’à présent les contestations désordonnées autorisent la mairie à penser qu’il n’y a pas de véritable opposition à leur projet.

Il faut convoquer le plus tôt possible un conseil d’école extraordinaire dans chaque école concernée par ces questions afin de faire connaître notre positionnement à la mairie et aux services académiques, refus de sa proposition, demande de vastes et réelles consultations et présentation de propositions alternatives.

La mairie et le directeur académique doivent très prochainement entériner le changement d’horaires, la première date butoir était fixée le 11 décembre mais il semblerait qu’elle ait été repoussée, cependant le temps presse et les conseils d’école devraient dans la mesure du possible se réunir en session extraordinaire avant la fin de l’année (le délai légal entre l’invitation et la tenue du conseil est de 2 semaines, il faudrait donc dès lundi 2 décembre envoyer les invitations).

Par ailleurs, jeudi 5 décembre est un jour de mobilisation des enseignants du primaire contre l’application de ce décret. Une audience des grévistes et de leurs syndicats est envisagée par la mairie, ce sera aussi une occasion de faire remonter ces revendications.

Il est prévu d’écrire un court article pour présenter notre position à la presse, à savoir, refus de sa proposition et donc de l’application du décret actuel, véritable consultation des parents et enseignants, réécriture du décret pour permettre des organisations diverses.

Nous invitons les parents et les enseignants du grand Besançon à se réunir à nouveau Jeudi 5 Novembre à 20 h